8 ateliers pour construire !

Animés par des spécialistes, boostés par nos guests , ces échanges d’une heure permettent de passer du mode « pensée » au mode « action » et d’aller plus loin, en mode collaboratif.

Atelier

#01

Les aspects réglementaires sur l’ensemble de la chaîne de valeur

L’évolution de la réglementation est indispensable pour assurer le développement de l’hydrogène. Cela passe par exemple par sa prise en compte au sein du mix d’énergies renouvelables, avec des engagements chiffrés pour une production décarbonée et un certificat d’origine.

 

C’est le cas en France dans un secteur comme l’industrie, avec une part de 10 % en 2023 et entre 20 et 40 % en 2028. Localement, mais aussi au niveau européen, les textes doivent être adaptés pour faciliter l’installation d’une infrastructure de remplissage, tout en respectant des normes de sécurité.

 

Le transport et le stockage sont aussi impactés par la réglementation, qui pourra autoriser à terme l’injection d’hydrogène dans les réseaux de gaz existants sous forme d’un mélange.

Atelier en anglais

Atelier

#02

Les applications stationnaires

Se chauffer à l’hydrogène est une idée qui fait son chemin. Il existe des groupes industriels qui se lancent dans la chaudière H2, avec une pile à combustible qui produit de la chaleur à partir de gaz naturel ou à partir d’hydrogène vert issu d’énergies renouvelables (vent, énergie solaire).

 

A Belfort, il existe un projet de ce type. Plus globalement, l’hydrogène peut jouer une carte en matière de stockage d’énergie. En tant que générateur de secours, ou pour apporter de l’électricité dans des zones non raccordées au réseau, ce vecteur est amené à se développer dans des secteurs clé comme l’informatique par exemple.

Atelier en anglais

Atelier

#03

Les technologies pour l'utilisation de l'hydrogène

L’Hydrogène doit être transformé pour son utilisation : en électricité, chaleur, énergie mécanique. L’élément clé est la pile à combustible, qui permet de produire électricité, chaleur, et vapeur d’eau à partir d’hydrogène.

D’autres technologies connaissent actuellement des développements prometteurs, dont les moteurs à combustion Hydrogène.

Les piles à combustible sont intégrées au sein d’un « système » : le rôle des auxiliaires est fondamental, comme la boucle d’air, le refroidissement, la boucle hydrogène, l’électronique de puissance, …

 

Une course est engagée pour répondre aux besoins notamment dans le domaine de la mobilité lourde, où des piles de forte puissance sont requises pour propulser des camions, des trains et des bateaux, en attendant de pouvoir embarquer à bord d’avions.

Atelier en anglais

Atelier

#04

L’hydrogène industriel

De l’hydrogène, oui… mais vert ! Majoritairement gris, et parfois bleu, c’est sous une forme décarbonée que l’hydrogène va pouvoir se développer.

 

Pour cela, il est nécessaire de le produire à partir d’une électricité verte et avec l’aide d’un électrolyseur. Ce type d’appareil gagne en performance avec des projets à l’échelle de plusieurs dizaines de MW. Le marché est appelé à progresser fortement, avec de nombreux projets visant à décarboner des ports.

 

L’Europe veut pour sa part imposer l’hydrogène vert dans des secteurs gourmands en énergie comme la chimie et la production de ciment. Le projet 2 x 40 GW, en collaboration avec l’Ukraine et le Maghreb, pourrait être aussi un puissant levier.

Atelier en anglais

Atelier

#05

Les applications fluviales

Entrant dans la catégorie mobilité lourde, le bateau va lui aussi intégrer de plus en plus l’hydrogène. Si des projets existent pour réduire l’empreinte carbone de paquebots, ou pour assurer une navigation en mode zéro émission dans les fjords de Norvège, ou en mode sous-marin, le secteur fluvial devrait être l’un des premiers champs d’application.

 

En alternative au Diesel, la pile à combustible pourrait équiper des navettes de transport ou des barges pour le transport de marchandises. Il existe déjà des bateaux de ce type en France. Une autre application concerne l’alimentation à quai, où la pile peut fournir du courant électrique.

 

Les projets se multiplient en Europe, sur les fleuves comme en bord de mer.

Atelier en anglais

Atelier

#06

Les technologies de production et de stockage

L’hydrogène décarboné peut-être produit par électrolyse de l’eau avec de l’électricité, mais également par de nombreux autres procédés comme la pyrogazéification, la thermolyse. Ce dernier procédé peut utiliser des matières premières lignocellulosiques, comme des plaquettes de bois, un produit naturel et renouvelable. Les conditions spécifiques à chaque projet définissent la solution la plus pertinente.

 

Une fois produit, l’hydrogène doit être stocké. C’est là qu’interviennent des industriels qui élaborent des réservoirs. L’un des champions est le français Faurecia, équipementier automobile, qui commence à assembler par exemple des produits pour les camions de Hyundai en Suisse. Le stockage peut aussi se faire dans des cavités souterraines, dans les réseaux de gaz.

Atelier en anglais

Atelier

#07

Les métiers de demain

Il faut préparer dès maintenant les futurs métiers liés à l’hydrogène.

 

C’est le cas à Belfort, où un master spécialisé est proposé pour les ingénieurs. Mais, il est nécessaire également de préparer l’adaptation des techniciens dans le domaine du transport (bus, camions et demain automobile), qui seront amenés à faire de la maintenance (véhicules, stations).

 

Cet atelier fera le point sur les besoins à satisfaire et les profils de nouveaux métiers.

Atelier en anglais

Atelier

#08

L'aéronautique

A l’heure où des premières stations sont aménagées dans des aéroports en France (et bientôt aux Pays-Bas), dans un premier temps pour alimenter des bus et des véhicules terrestres, le secteur de l’aéronautique prévoit sa conversion à l’hydrogène.

D’abord pressenti pour la production d’électricité à bord des avions, l’hydrogène est aussi, depuis la crise du Covid et le plan de relance aéronautique, au cœur des réflexions pour les applications propulsives.

Cette révolution concerne aussi bien les petits appareils de tourisme que les avions de ligne. Airbus prépare par exemple un appareil à hydrogène à l’horizon 2035.

Outre les questions de production d’hydrogène et de capacité des piles à combustible, les tests et la réglementation sont également au cœur des enjeux.

Atelier en anglais